LA CROISEE DES CHEMINS

LA CROISEE DES CHEMINS

CHEMIN COMPOSTELLE EN VTT

Mes étapes, mes rencontres....


LE PUY ST JACQUES EN VTT

Découverte du Chemin de Compostelle   

   «  Le Puy – Santiago de Compostelle »

en VTT

Un jour de Février 1998 je découvre une revue qui parle du chemin de Compostelle qui tout de suite met en éveil mon instinct de découverte et d'aventure et je me plonge immédiatement dans la lecture de plusieurs livres qui m'incitent vraiment à tenter l'aventure ,mais à cette époque de ma vie je suis encore en activité et comment concilier un raid de 1700 kms en un laps de temps assez court en une seule fois car mon but était de faire ce chemin d'une seule traite sans interruption ,donc à force de calculer comment faire j'ai réussi en cumulant les RTT et en gardant des jours de congés d'ancienneté à organiser cette randonnée en 20 jours, j'ai réussi aussi à faire passer mon envie à un copain de travail Thierry de 20 ans mon cadet.

L'aventure commençait donc longtemps avant le départ pour programmer toute les étapes et reconnaître sur topos les itinéraires et préparer  les VTT et les hommes.

Donc le matériel était constitué de deux VTT basiques sans suspensions pour celui de Thierry et équipés de freins v-braques,étant donné que nous voulions être en autonomie totale il fallait prévoir une bonne trousse de pièces de rechanges :

12 rayons :

5 chambres à air :

Rustines, démonte pneus :

Un dérailleur de rechange :

Une chaine :

Des patins :

Des câbles de freins, dérailleurs :

Trousse à outils complète de dépannage :

Burette d'huile :

Thierry avait donc la responsabilité de tout ce matériel quand à moi j'avais en charge toute la logistique (cartes topos, lieu de ravitaillement, adresse des gites) et tout le matériel pour immortaliser notre aventure à savoir appareil photos et caméscope qui ne quittera jamais pendant 20 jours le tour de mon cou.

Chacun de nous a prévu un sac à dos 17 à 18 kg de charge plus pratique que des sacoches car il ne dépasse pas les épaules en largeur étant donné que notre itinéraire empruntait au maximum le GR 65, comme les pèlerins marcheurs.

Thierry étant bon bricoleur s'est confectionné un petit porte bagage arrière pour mettre un petit caisson contenant tout le matériel de réparation.

Trois mois avant le départ après un entrainement hivernal tout est prêt pour notre départ et nous avons des fourmis dans les jambes.

                                       


20/05/2009
0 Poster un commentaire

1ère ETAPE

 Départ le 4 Mai 1999      

 

 

 le Puy – le Sauvage : 66 kms -5 heures 50

 

Départ du Puy, sous la pluie nous avons l'impression de partir pour une grande aventure et nous avançons joyeusement sur les chemins malgré le mauvais temps qui est au rendez vous.


 Avec de la peine on gravit la route qui mène de Monistrol- d'Allier à Saugues et la première rencontre avec un groupe de marcheurs sous leurs ponchos trempés qui nous disent qu'ils vont jusqu'à Conques terme de leur randonnée en une quinzaine de jours.


Arrivé à Saugues aux environs de midi, on casse la croûte dans un petit bistrot qui accepte de nous prendre avec nos provisions malgré nos tenues déjà bien crottées et mouillées.


Après s'être bien réchauffé et restauré on repart toujours sous la pluie pour arriver enfin en vue du domaine du Sauvage que l'on aperçoit très longtemps avant d'y arriver.


Quel plaisir de rentrer dans cette grande bâtisse et de sentir un bon feu de bois qui crépite dans la cheminée.


Quelques marcheurs nous ont devancé, deux Savoyards, deux Belges, un couple de hollandais, deux lyonnais et le dialogue s'établit avant de passer à table et de finir la soirée devant la cheminée avec une assemblée agréable en compagnie de la patronne des lieux qui est très accueillante et serviable.


Bonne nuit !

 

 

Cathédrale du Puy en Velay

 

 

Tour de "Rochegude"

la bête du " Gévaudan "

 


20/05/2009
0 Poster un commentaire

2ème ETAPE

5Mai 1999 

 

 le Sauvage-Aubrac :68 km- 6heures 20

 

Départ 8 heures

Après un bon petit déjeuner campagnard et copieux, avec du bon pain et encore un peu de chaleur de la cheminée, nous mettons le nez dehors on ne voit pas à 10 mètres tellement le brouillard est épais.

Déjà plusieurs marcheurs sont partis pour faire une longue étape, pour nous le départ est quand même douloureux car cette nuit j'ai pris quelques crampes qui heureusement ne se manifesteront plus tout au long du voyage.


Donc nous voila de nouveau sur les chemins boueux et dans le brouillard, quelques kilomètres plus loin nous rejoignons un retraité à qi nous donnons des nouvelles de son épouse qui a téléphoné au gite pour prendre de ses nouvelles, mais il était déjà parti sur le chemin, nous sommes heureux de servir d'émissaire et de lui remonter le moral en lui donnant des nouvelles.


Nous prenons congé de notre homme en lui souhaitant bon chemin et sur le coup de midi miracle de la nature le ciel se déchire et le soleil apparaît enfin, il nous accompagnera jusqu'au soir à notre arrivée au village d'Aubrac ou chaque année a lieu la fête de la transhumance le 21 Mai, cette fête attire plus de dix milles touristes de toute la région.


Après un repas copieux, on couche dans la tour des Anglais qui est glaciale, mais ce lieu triste est réchauffé par la présence de six Nantais dont un qui distribue des boules Quiès à tout le monde car nous dit-il il ronfle énormément, après une petite discussion tout le monde s'endort bercé par les ronflements de l'ami Nantais qui n'avait pas menti. 

 

                                   chapelle " St Roch"

 

Domaine du " Sauvage "

 

 

Village d'AUBRAC "Tour des Anglais"

 


20/05/2009
0 Poster un commentaire

3ème ETAPE

6 Mai 1999

 

 Aubrac- Conques : 80 km : 6heures  de selle :

 

Ce matin , pas de déjeuner car à Aubrac juste trois maisons dont deux hôtels mais fermés à l'heure de notre départ, donc on décide de faire quelques kilomètres par la route pour trouver à St Chély- d'Aubrac un restaurant qui nous prépare de grands chocolat chaud et un petit déjeuner copieux, aujourd'hui le ciel est très bleu mais il fait très froid et on va beaucoup pédaler dans la boue, il y a eu beaucoup d'orages dans la région les jours précédents.


Au détour d'un chemin on rencontre une marcheuse qui est assise dans l'herbe en train de lire son guide de voyage pour voir ou le prochain gite se trouve car elle est très fatiguée et elle a présumé de ses forces en prenant un sac à dos bien trop lourd pour son petit gabarit.


Après lui avoir remonté le moral en discutant avec elle on lui souhaite bonne chance et on continue de rouler dans des chemins qui ressemblent plus à des ruisseaux qu'à des chemins.


Enfin on arrive à Conques, haut lieu incontournable pour tout pèlerin qui se rend à Compostelle.


 Ce village possède une superbe Abbaye et un gite vraiment médiéval beaucoup de marcheurs qui font le pèlerinage sur plusieurs années arrêtent ici car la distance le Puy Conques correspond environ  à 10 jours de marche .


Ce soir Thierry décide de faire la popote, grosse casserole de pates sucres lents obligent avec des œufs cassés dessus et un gros dodo car la fatigue est vraiment la après une grosse étape avec du dénivelé.



                           beau village de " Conques "

 

 

Gîte de Conques


20/05/2009
0 Poster un commentaire

4eme ETAPE

7 Mai 1999

 

 Conques – Faycelles : 60 km : 5 heures

 

Nous quittons Conques avec regret mais nous savons qu'une grosse cote nous attend tout de suite à la sortie du village et effectivement la mise en jambes est très dure il valait mieux gravir cette cote ce matin de bonne heure mais le spectacle est superbe car en montant sur l'autre versant on aperçoit le village dans toute sa splendeur dans le lever du jour et le calme du matin, les seules qui nous parviennent sont les chants des oiseaux qui eux aussi se réveillent.


Ce jour nous allons galérer toute la journée dans les sentiers très boueux et les vélos comme les hommes vont souffrir pour arriver à Faycelles petit hameau isolé ou nous somme accueillis par le maitre des lieux Jean qui en nous voyant nous indique immédiatement les douches vu notre état, on en profite pour faire une bonne lessive et un gros nettoyage et un bon réglage  des vélos qui ont souffert de la boue.


Ce gite est très bien tenu et le seul durant notre voyage qui proposait au pèlerin des produits courants pour se dépanner (pates, confitures, boissons, charcuteries) pour pouvoir faire son repas sans chercher une épicerie lointaine dans ce secteur.


La rencontre avec deux Belges partis de Bruxelles le premier Avril et assez déçus de l'accueil dans le Nord de la France ou les gites sont inexistants et ou les portes et fenêtres se fermaient sur leur passage, heureusement quelques mairies ont mis à leur disposition un local pour pouvoir dormir car leur budget  ne leur permettait pas d'aller à l'hôtel tout les soirs.


Bonne nuit malgré un gros orage.



                          "Estaing"  sur les berges du Lot

 


                               

                          Clocher en vrille " d'Espalion "


                     village "d' Espeyrac" dans l' Aveyron

 

 

 

 

 

                                  


20/05/2009
0 Poster un commentaire